PowerFoule
PowerFoule

Mmes, MM les députés, ne votez pas la déchéance de nationalité !


Le 3 février aura lieu à l'Assemblée le débat sur l'inscription dans la Constitution de l'état d'urgence et de la déchéance de nationalité des binationaux. Toutes nos sources indiquent que le débat sera bref et qu'il donnera lieu à un vote dans la foulée.

Nous n'avons donc que très peu de temps pour agir ensemble, et faire savoir à nos députés que nous ne voulons pas de la déchéance de nationalité pour les binationaux, mesure inefficace et inégalitaire, de plus intégrée à une modification de la Constitution précipitamment annoncée au lendemain des attentats de novembre 2015[1].

Les députés sont partagés, et l'issue sera vraisemblablement très serrée. A ce jour, 125 ont déclaré être contre et 106 pour. Mais il reste 353 députés qui n'ont pas fait connaître leur décision et qui hésitent encore.

C'est pourquoi il faut agir ! Tous ensemble, nous pouvons les pousser à voter de manière à préserver les valeurs républicaines et les droits de l'homme. Écrivez un message – par email et via les réseaux sociaux – à votre député-e et expliquez-lui en quelques mots pourquoi vous ne voulez pas qu'il-elle vote pour la déchéance de nationalité.
Cela vous prendra 2 minutes, et en le faisant tous nous pouvons influencer l'issue du vote !
Vous pouvez aussi bien sûr demander un rendez-vous à votre député-e (en lien avec un groupe de citoyens de votre circonscription par exemple) pour renforcer votre démarche.


PS : De même que la déchéance des binationaux, l'inscription de l'état d'urgence dans la Constitution représente une menace permanente pour les libertés fondamentales.


Déchéance - Pourquoi c'est une mauvaise idée ?

Le Premier ministre l'a lui-même admis : la déchéance de nationalité n'empêcherait pas un terroriste de commettre l'irréparable [2].
En effet les terroristes qui se revendiquent du groupe « État Islamique » ne craignent pas de perdre leur vie, alors perdre leur nationalité ...

Penser que sans passeport français, ils ne pourraient revenir en France est tout aussi absurde : les terroristes sont organisés, ont des moyens financiers et peuvent donc voyager avec de faux passeports et savent trouver des voies d'accès non contrôlées.

Si la priorité du gouvernement est de protéger ses citoyens contre le terrorisme, alors cette mesure est inutile.

Autoriser la déchéance de nationalité des binationaux crée deux catégories de Français et stigmatise ceux qui, nés en France, ont souvent hérité de la nationalité de leur parent.

Cela contribue au sentiment d'exclusion qui nourrit le terrorisme.

À ceux qui pensent que les terroristes ne méritent plus d'être français, nous pouvons répondre « Vivrons nous plus en sécurité ? ». Contre les terroristes français nous avons des outils juridiques pour les condamner et les isoler. Onze lois anti-terroristes ont été votées par le Parlement depuis 2001[3]. Pour lutter contre la violence terroriste désormais, ce qui peut être efficace c'est de recruter des juges, des enquêteurs, des policiers.
Il est inutile d'essayer de se rassurer en prétendant que les terroristes ne seront plus français.

Le préambule de notre Constitution dit que « nous naissons libres et égaux en droits, égaux devant la Justice, sans différence de traitement ni de peines ».
Mais en inscrivant dans la Constitution une peine réservée dans la pratique à une seule catégorie de Français, les binationaux, l'État s'apprête à bafouer la notion même d'égalité.
En reprenant une proposition forte du FN, le pouvoir accrédite les thèses de l'extrême droite, et fait sienne la théorie selon laquelle nos maux, quels qu'ils soient, nous viennent de « l'étranger», et supposent de chasser « l'étranger».
On l'a vu depuis que François Hollande l'a annoncé le 23 décembre et déjà auparavant : la classe politique ne parle que de la déchéance de nationalité, se divise sur le sujet, et y consacre une énergie considérable.
Il est grand temps d'arrêter ce gaspillage de temps et d'idées!

De fait cela fait oublier les autres sujets qui pourtant sont primordiaux et sur lesquels le gouvernement devrait avancer et l'opposition devrait faire des propositions : l'emploi, la santé, l'accueil des réfugiés en Europe, la transparence fiscale, a sécurité, le climat ...

A près d'un an de la présidentielle, nous voulons entendre des propositions sur ces sujets essentiels. Nous ne voulons pas de la déchéance de nationalité dans la Constitution.




Envoyez un message à votre député-e

Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer un email à votre député-e.
Nous vous dirons quelle est sa position sur la déchéance de nationalité (nous recensons la position de tous les députés).

Racontez pourquoi il ne faut pas inscrire la déchéance de nationalité dans notre Constitution. Si vous êtes binational-e, n'hésitez pas à raconter votre propre histoire, car cela a un impact bien plus important.


PS : vous êtes établis hors de France? cliquez-ici

Veuillez saisir votre code postal pour trouver votre député-e


Cliquez sur "Ajouter" pour insérer des arguments "tout faits" dans votre message

La déchéance de nationalité est une mesure inefficace, tout le monde s'accorde pour le dire, le premier ministre lui-même. Par conséquent pourquoi vouloir l'imposer dans une révision de la Constitution de « protection de la Nation »?
Quand je vois que depuis des semaines, le débat politique est monopolisé par la déchéance de nationalité, je suis outré. Les français vivent une crise majeure, le chômage est à son plus haut niveau, la société est en panne, et au lieu de faire des proposition et de débattre de ces sujets majeures, vous vous déchirez sur la déchéance de nationalité ! Stoppez net et passez à autre chose s'il vous plait !
De grâce, préservons le fondement de nos institutions et nos valeurs républicaines pour lesquelles nos ancêtres se sont battus ! Je vous les rappels car elles sont essentielles à mes yeux : « nous naissons libres et égaux en droits, égaux devant la Justice, sans différence de traitement ni de peines ».
La déchéance de nationalité est une mesure forte du FN. En la reprenant, le pouvoir accrédite les thèses de l'extrême droite, et fait sienne la théorie selon laquelle nos maux, quels qu'ils soient, nous viennent de « l'étranger », et supposent de chasser « l'étranger ». Ne jouez pas avec le feu ! Florian Philippot a déclaré le 28 décembre « une fois le principe réhabilité, il faudra appliquer la déchéance de nationalité plus largement »
Au lieu de souder la nation autour d'une nécessaire lutte contre le terrorisme, la déchéance de nationalité va diviser la nation. Autoriser la déchéance de nationalité des binationaux créerait deux catégories de Français et stigmatiserait ceux qui, nés en France, ont souvent hérité de la nationalité de leur parent. Ce sentiment d'exclusion d'une partie de la population pourrait nourrir le terrorisme.
NB: Votre nom sera automatiquement ajouté en bas du message